Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.


les pauvres de la ville réunis dans sa cour, il ne comprit pas ce que cela voulait dire. Quel pouvait être le motif de cette réunion ? Est-ce qu’il lui allait falloir les bâtonner tous ?

« Qu’est-ce que c’est que tous ces gens-là ? demanda-t-il, en se dirigeant vers la cour.

— Comment, « tous ces gens-là » ? Ce sont ces dignes vagabonds que tu m’as donné l’ordre de nourrir, répliqua Mme Lovets d’un air maussade.

— Qu’on les chasse par les deux épaules ! » cria-t-il avec colère, et il s’élança dans la maison comme un fou. Il parcourut longtemps les chambres en marchant en long et en large, répétant sans cesse : « Qu’est-ce qui peut bien m’être arrivé ? » Comment ! lui, l’homme ponctuel, féroce quand il s’agissait de l’accomplissement de ses devoirs professionnels,