Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/60

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Il n’y a pas qu’à se baisser pour prendre. Il y a loin de la coupe aux lèvres. »

Cependant les paysans, voyant que notre homme n’était pas dans son assiette naturelle et qu’il se bornait à clignoter des yeux vers leurs marchandises, devinrent plus hardis. Ils osèrent le plaisanter et ils l’appelèrent Nigaud Nigaudovitch, fils de nigaud.

« Non, j’ai quelque maladie inconnue, » se dit Lovets, et il rentra chez lui les mains vides.

Madame son épouse l’attendait en supputant le nombre de sacs en écorce de tilleul qu’il pourrait rapporter, car d’ordinaire il en était tout chargé et c’était là dedans qu’il mettait ses prises. Or le voilà qui revenait sans un seul sac. Aussitôt la moutarde monta au nez de Mme Lovets, et, s’élançant au-devant de son mari, elle lui dit :