Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’auteur russe dit que ses héros ont été transportés dans une île déserte par ordre du brochet et suivant ma volonté, ce qui est une formule magique empruntée aux contes de fées. En français cette phrase a été traduite ainsi : Par sortilège.

Dans Conscience perdue il y a des plaisanteries portant principalement sur la prononciation vicieuse des Juifs en russe ; j’ai dû les laisser de côté.

Tout bien considéré, j’espère que l’écrivain russe n’a pas trop le droit de crier à la trahison en ce qui concerne ses œuvres.

Quant aux motifs qui m’ont décidé à présenter ces contes au public français, ils s’écartent de ce que le célèbre auteur pourrait supposer, et c’est par là que je le trompe quelque peu.

Généralement quand, de propos délibéré, on se met à traduire les œuvres d’un auteur