Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/57

Cette page a été validée par deux contributeurs.


défaire à tout prix de cet hôte importun.

Elle attendit patiemment toute la nuit, mais, à peine le jour commença-t-il à poindre à travers les vitres poudreuses du cabaret, qu’elle déroba la conscience à son mari dormant et l’emporta précipitamment dans la rue.

C’était justement jour de marché. Déjà des campagnes voisines arrivaient, les unes derrière les autres, les charrettes des paysans, et l’inspecteur de police Lovets se rendait en personne, d’un pas pressé, à la place du Marché pour veiller à ce que tout se passât dans l’ordre voulu.

À la vue de Lovets, Arina Ivanovna conçut un projet qui lui parut excellent.

Elle courut à perte d’haleine après lui, et, aussitôt qu’elle l’eut rattrapé, elle lui glissa la conscience dans la poche de son paletot avec une étonnante habileté, sans qu’il s’en doutât.