Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/51

Cette page a été validée par deux contributeurs.


assurée. Voici le raisonnement qu’il fit pour ainsi dire machinalement :

« Un homme est dans les affaires. Survient ce fléau, c’en est fait ; il n’y a plus, il ne peut plus y avoir d’affaires. »

Il se mit à trembler incontinent ; il pâlit, il fut saisi d’une peur sans précédent chez lui.

La conscience se réveillait en lui et murmurait :

« Non, non, il ne faut plus enivrer ignominieusement le pauvre peuple. »

Hors de lui, épouvanté, il appela à son secours sa femme Arina Ivanovna.

Arina Ivanovna accourut, mais dès qu’elle eut reconnu l’acquisition involontaire faite par Prokoritch, elle cria d’une voix émue :

« Au secours ! à la garde ! au voleur !

— Pourquoi suis-je condamné à une prompte ruine par la faute de ce misé-