Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/31

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ce qu’ils lisaient leur parlait de nourriture. Même leurs pensées conspiraient contre eux, car, quelques efforts qu’ils fissent pour chasser l’image des biftecks, cette image s’offrait d’elle-même et s’imposait de force à leur esprit.

Tout à coup une inspiration vint au général qui avait été professeur de calligraphie, et sa figure en fut illuminée.

« Que diriez-vous, Excellence, s’écria-t-il joyeusement, si nous trouvions un moujik ?

— Que voulez-vous dire ? Comment cela ? Un moujik ?

— Eh bien, oui, tout simplement un moujik tel que sont d’ordinaire les moujiks. Sur l’heure il nous servirait des petits pains ; il prendrait pour nous des gélinottes et des poissons.

— Hum !… un moujik… mais où le prendre, puisqu’il n’y en a pas ?