Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/27

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vais qu’une manière de voir les choses. Je me disais : Maintenant c’est le matin, puis ce sera le jour, ensuite on me servira mon souper ; puis enfin ce sera le moment d’aller se coucher. »

L’idée du souper les replongea dans la peine et coupa court à leur conversation dès le début.

L’un d’eux la renoua ainsi :

« J’ai entendu dire à un médecin que l’homme peut se nourrir longtemps de ses propres sucs.

— Comment cela ?

— Voici comme : les sucs humains, si je puis m’exprimer ainsi, reproduisent des sucs ; ceux-ci à leur tour en produisent d’autres, et ainsi de suite jusqu’à leur épuisement.

— Et alors ?

— Et alors il redevient nécessaire de prendre quelque nourriture.