Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ils commencèrent donc par chercher le nord, ils s’y prirent de toutes les façons ; mais, comme ils avaient passé toute leur vie à servir dans les bureaux, ils ne trouvèrent rien.

« Voici ce qu’il convient de faire, Excellence, dit alors l’un d’eux. Marchez vers la droite. Moi je marcherai vers la gauche. Vous verrez que, comme cela, ça ira. »

Celui des deux qui parlait ainsi n’avait pas seulement servi dans les bureaux ; il avait aussi professé la calligraphie à l’école des enfants de troupe, et c’est ce qui faisait qu’il avait plus d’esprit.

Son avis fut aussitôt mis en action. L’un marcha vers la droite, et voilà qu’il découvrit des arbres, et sur ces arbres toute espèce de fruits.

Il aurait bien voulu cueillir, ne fût-ce qu’une pomme, mais tous ces fruits étaient si haut perchés qu’il aurait fallu grim-