Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Excellence, dit l’un d’eux. Il me semblait que j’étais dans une île déserte… »

Mais il s’interrompit brusquement et se leva. Son compagnon en fit autant.

« Seigneur ! Qu’est-ce que cela signifie ? Où sommes-nous ? » s’écrièrent-ils d’une voix troublée par l’émotion, et ils se mirent à se tâter l’un l’autre pour voir si cette aventure était un rêve ou une réalité ; mais, malgré tous leurs efforts pour se persuader que tout cela n’était qu’une vision, ils furent obligés de se rendre à la triste évidence.

D’un côté, c’était la mer ; de l’autre, un coin de terre au delà duquel on voyait encore la mer, rien que la mer, à perte de vue.

Nos généraux versèrent alors des larmes, les premières depuis la suppression de leurs emplois. Ils se considérèrent l’un l’autre, et ils s’aperçurent qu’ils étaient