Page:Chtchédrine - Trois contes russes.djvu/105

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il s’occupe, comme jadis, à faire des patiences. Il regrette toujours son existence d’autrefois dans les bois. Il ne se lave que forcé et contraint, et, de temps en temps, il pousse des cris de bête sauvage.