Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/9

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA JEUNE FILLE.
––––––Eh quoi ! Marcassou se marie !
––––––Marcassou, le beau séducteur !
––––––Lui que chaque fille ravie
––––––Adorait au fond de son cœur !

GABASTOU.
––––––De ses péchés, pour pénitence,
––––––Il fallait qu’il finît ainsi !
––––––C’est lui… je le vois qui s’avance…
––––––La porte s’ouvre… le voici !

Scène II

Les Mêmes, MARCASSOU.


Marcassou sort de chez lui en habit de marié, les rubans et le bouquet au côté. — Il distribue en entrant des poignées de main à droite et à gauche.


LE CHŒUR.
––––Eh ! c’est Marcassou ! salut et bonjour
––––Au plus heureux gars des bords de l’Adour !

MARCASSOU.
––––Bonjour, mes amis… ma santé ? très-bonne !…
––––Heureux fiancé, mon cœur palpitant
––––A tout son bonheur gaiement s’abandonne,
––––Et vous me voyez joyeux et content !…

CHŒUR.
––––––Ainsi, le fait est bien certain,
––––––Et, dans la ville on le proclame,
––––––Vous devenez un puritain,
––––––Et vous allez prendre une femme ?

MARCASSOU.
––––––La femme, oh ! mes enfants !…