Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BIBLETTO et GINETTA.

Entendez-vous ?


ÉLÉONORE.

Des soldats… Laissez-moi faire…

Entre Lastécouères par le fond.


LASTÉCOUÈRES, allant droit à Bibletto.
––––Mon cher Marcassou, te voilà !

ÉLÉONORE.
––––Mon cher Marcassou, te voilà ! Papa !

LASTÉCOUÈRES.
––––––J’ai reçu ta lettre.

BIBLETTO.
––––––J’ai reçu ta lettre. Ma lettre ?

ÉLÉONORE.
–––––––––Eh ! oui.

LASTÉCOUÈRES.
–––––––––Eh ! oui. Je l’ai là.
––––––Comme tu viens de le promettre,
––––––Livre-moi donc Rastamagnac.

MARCASSOU, entrant avec précaution.
––––––Je veux jouir de sa défaite,
––––––Et voir arrêter le vaurien.

BIBLETTO, apercevant Marcassou, à part.
––––––Ah ! tu me trahissais ! C’est bien,
––––––Que tout retombe sur ta tête !

Haut.

–––––––J’ai promis de le montrer,
–––––––J’ai promis de le livrer…

LASTÉCOUÈRES.
–––––––––Oui.

CHŒUR.
–––––––––Oui. Oui.

BIBLETTO, désignant Marcassou.
–––––––––Oui. Oui. Le voici !