Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/83

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ÉLÉONORE, avec assurance.

Tu les auras laissés pousser… (Continuant.) « Jambes courtes… »

Il regarde les jambes de Marcassou.


MARCASSOU, ricanant.

Je les aurai laissés pousser aussi, n’est-ce pas ?


ÉLÉONORE, continuant.

« Taille, quatre pieds un pouce… »


MARCASSOU, triomphant.

Quatre pieds un pouce ?… moi qui marche sur mes six pieds…


ÉLÉONORE.

« Signe particulier : l’air très-intelligent. » Décidément, ça n’a pas le moindre rapport… mais alors qui ça peut-il être ?…


MARCASSOU, se frappant le front et regardant la porte de droite.

Attendez donc… attendez donc, voyons le costume…


ÉLÉONORE.

« Veste chamois à boutons de métal… culotte de velours » vert et bottines de cuir… »


MARCASSOU, avec éclat.

C’est lui, c’est Rastamagnac qui aura pris mon nom de Marcassou et ma place auprès de mon épouse. (Montrant la gauche.) Il est là !…

Il le pousse.


ÉLÉONORE.

Vous êtes sûr ?…


MARCASSOU.

Parbleu !… il ne quitte pas Ginetta ! Tenez, regardez par le trou de la serrure… (Éléonore regarde.) Qu’est-ce que vous voyez ?…


ÉLÉONORE.

Je vois une femme…