Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/78

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous ne vous trahirons pas… nous périrons plutôt avec vous s’il le faut.


MARCASSOU, se récriant.

Comment s’il le faut ! Dites donc vous, dites donc, espérons qu’il ne le faudra pas…


FOURCADE.

Il n’y a rien de sûr.


MARCASSOU, à part.

Si je comprends un mot à tout ce qu’ils me disent !…


TARTARIN.

Nous avons là une carriole…


PIÉROUGUE.

Vous vous fourrerez sous les bottes de paille !…


MARCASSOU.

Moi !…


FOURCADE.

Et comme ça vous passerez inaperçu…


MARCASSOU.

Pourquoi faire ? J’aime bien mieux m’en aller par la porte.


PIÉROUGUE.

Du tout, du tout, il est inutile d’exposer vos jours !…


MARCASSOU.

C’est parfaitement inutile… Je suis de votre avis et je n’avais pas l’intention…


FOURCADE.

Vous devez, avant tout, songer à l’intérêt de la bande…


MARCASSOU.

De la bande, encore la bande !… (A part.) Mais quelle bande ?


TARTARIN.

Il faut vous venger de Lastécouères !…