Ouvrir le menu principal

Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/65

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BIBÈS, de même.

Cette fois, ça y est !…


LASTÉCOUÈRES, à Bibletto.

D’où viens-tu, où vas-tu ? que fais-tu, que veux-tu, qui es-tu ?


BIBLETTO, embarrassé.

Mais… je…


LASTÉCOUÈRES.

Tu hésites !… n’espère pas me tromper !… on ne me trompe pas, moi !… Tu es Rastamagnac…


GINETTA, bas à Bibès.

Ah ! comment le sauver ?


BIBÈS, de même.

Je me creuse… mais je ne trouve pas…


LASTÉCOUÈRES, regardant Bibletto.

Que voilà bien la tête d’un scélérat !… quelle face patibulaire !… je l’aurais reconnu entre mille…


GINETTA, riant très-fort.

Ah ! ah ! ah !


BIBÈS, bas.

Quoi donc ?


GINETTA, bas à Bibès.

J’ai mon idée. (Haut et riant aux éclats.) Ah ! ah ! ah !… pardon si je ris… ah ! ah ! mais c’est… plus fort !… ah ! ah ! plus fort que moi, ah ! ah ! ah ! ah !


LASTÉCOUÈRES.

Ah ! ça, qu’est-ce qui lui prend ? (A Ginetta.) Pourquoi cette hilarité ?


GINETTA, riant toujours.

Ah ! ah ! ah ! ah ! je ne puis pas m’arrêter, ah ! ah ! ah ! Lui… Rastamagnac… Rastamagnac… ah ! ah ! ah ! mais c’est Marcassou… mon mari…