Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––––Heureux futur et vous, douce promise,
––––––Venez, venez, couple charmant.

GINETTA, à Marcassou.
––––––Allons, venez, je vous pardonne,
––––––Et ma main, je vous l’abandonne…

MARCASSOU.
––––––De vos bontés je suis confus…
––––––Merci, je ne le ferai plus.

CHŒUR.
––––Entendez-vous…
––––––––––––––––––Etc.

Marcassou donnant la main à Ginetta entre dans l’église suivi de toute la noce.


Scène VIII

GABASTOU, BIBLETTO, BIBÈS.



BIBLETTO, à Gabastou.

Et maintenant, avant qu’on n’enlève le gibier, il faut que je fasse l’inventaire de nos richesses… Ouvre-moi la trappe, Gabastou.


GABASTOU, ouvrant la porte.

Voilà… vous pouvez descendre… (Bibletto descend.) Prenez bien garde… l’échelle est un peu raide.


BIBÈS, accourant vivement par le fond.

Alerte !… alerte !… voilà M. le gouverneur !… Alerte !…


BIBLETTO, à moitié descendu.

Le gouverneur… Ah bah !…


GABASTOU, à Bibletto.

Vite, vite, disparaissez !…

Bibletto disparaît Gabastou referme la trappe. — La foule se précipite en scène.