Ouvrir le menu principal

Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARCASSOU, soupçonneux.

Vous ne m’aviez pas parlé de ce frère de lait-là !…


GINETTA.

On ne pense pas tout… il vient assister à ma noce… Qu’y trouvez-vous à redire ?


MARCASSOU.

Rien.


GINETTA, sèchement.

Laissez-moi avec lui… J’ai à lui parler.


MARCASSOU.

Comment !… vous voulez ?…


GINETTA, impérieusement.

Je le veux !… (Le regardant en face et scandant chaque mot.) Je le veux !


MARCASSOU, baissant la voix.

C’est bien… ma chère amie… c’est bien… du moment que vous me donnez de bonnes raisons… je ne dis plus rien…


GINETTA.

Retournez vous mettre à table en m’attendant.


GABASTOU, entraînant Marcassou.

Oui, oui venez.


MARCASSOU, à part.

Oh ! je bisque… (A Ginetta.) Si vous avez besoin de moi, vous m’appellerez… (Ginetta lui montre la porte de l’auberge.) J’y vais, j’y vais.

Il rentre avec Gabastou dans l’auberge.