Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène IV

GABASTOU, BIBÈS, puis BIBLETTO.



GABASTOU.

La place est libre… (Regardant à droite et à gauche.) Personne… profitons-en…

Il donne un signal, aussitôt Bibès met ses béquilles sous son bras et accourt trois ou quatre personnages sortent de derrière les maisons et s’avancent mystérieusement.


BIBÈS, à Gabastou.

Tu donnes le signal ?


GABASTOU.

Oui, pour avertir Rastamagnac, notre chef… qui ne peut tarder à arriver… Eh ! justement. (Bibletto parait au fond sur la montagne.) le voici… exact au rendez-vous…

Bibletto descend en scène, il est en costume de chasseur de chamois et porte un petit havre-sac.


BIBLETTO.
Air :
––––––Je suis, je suis Rastamagnac,
––––––Je suis le chef des braconniers,
––––––J’ai plus d’un tour dans mon bissac.
––––––Pour les bons gardes forestiers !
––––––Mais quittant cette mine altière,
––––––Ce rude aspect, ce front sévère,
––––––Souvent par mon charme vainqueur
––––––Des belles je trouble le cœur !
––––––Si j’aperçois sur mon passage,
––––––Jeune fille au minois charmant,
––––––Une enfant blonde au frais visage,
––––––Baissant les yeux timidement,
––––––Ma voix, qu’il faut alors entendre,
––––––A de mélodieux accents