Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/18

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARCASSOU.

C’était pour vous montrer que j’ai été entraîné.


GINETTA, l’interrompant.

C’est bon ! en voilà assez, mais n’y revenez pas. (On entend au dehors l’air du Mutchico.) Tenez… écoutez… Entendez-vous ce refrain ?


MARCASSOU.

C’est la danse du Mutchico… et voilà les garçons et les demoiselles d’honneur qui arrivent en dansant.

Les garçons et les demoiselles entrent en dansant le Mutchico.


TOUS.

Vive le Mutchico !…


MARCASSOU.

À nous deux, Ginetta.


CHŒUR, en dansant.
––––––––––Tous en cadence
––––––––––Partez presto,
––––––––––Vive la danse
––––––––––Du Mutchico.
–––––––Quand le tambourin résonne
–––––––On s’élance deux par deux,
–––––––On voltige, on tourbillonne
–––––––Au son des pan pan joyeux !…
–––––––––Ah ! tous en cadence,
––––––––––––––––––Etc.

GABASTOU, paraissant sur le pas de sa porte.

Le déjeuner est servi…


TOUS.

À table !

REPRISE DU CHŒUR
–––––––––Ah ! tous en cadence,
––––––––––––––––––Etc.

Tout le monde entre en dansant dans l’auberge.