Ouvrir le menu principal

Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/14

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GINETTA.

Quoi donc ?…


MARCASSOU.

Une bercelonette… J’en achèterai une.


GINETTA.

Nous avons bien le temps de nous occuper de cela !…


MARCASSOU.

Mais non, mais non… Mon intention est de m’en occuper tout de suite… (Regardant Ginetta avec amour.) Mais oui, tout de suite !… Ah ! tenez, Ginetta… il faut que je vous embrasse…

Il veut l’embrasser.


GINETTA, le repoussant doucement.

Eh bien ?… eh bien ?… Après la cérémonie, nous verrons.


MARCASSOU, riant.

Oh ! pardi, après la cérémonie, j’aurai des droits, et alors…


GINETTA, vivement.

Des droits ?… Quels droits, s’il vous plaît ?


MARCASSOU.

Enfin, je veux dire que j’aurai ma feuille de route pour Cythère et que je pourrai circuler librement.


GINETTA.

Qu’est-ce à dire ?… Apprenez, monsieur Marcassou, qu’un bon mari qui aime bien sa petite femme, ne fait rien sans son autorisation.


MARCASSOU, riant.

Alors, par exemple, si je veux vous prendre la taille ?


GINETTA.

L’autorisation !…


MARCASSOU.

Pour vous dérober un baiser ?…