Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’homme et a porté après son père le nom de Rastamagnac…


ÉLÉONORE, à la fenêtre, à part.

Ah bah !


LASTÉCOUÈRES, à lui-même.

Comment, cette espèce de tambour-major !… à qui j’offrais tout à l’heure un château, c’était… (Haut.) Je n’en reviens pas.


BIBÈS.

Vous êtes ruiné, mais tout peut encore s’arranger… Votre fils aime sa cousine… et si elle consentait à un mariage…


LASTÉCOUÈRES.

Hein ?… Vous dites… Mon fils aime… Allons donc !… c’est impossible !…


ÉLÉONORE, qui a sauté par la fenêtre.

Non, papa, non… c’est la vérité… je l’adore !…


LASTÉCOUÈRES.

Tu l’adores ?… (A part.) Une grande chabraque pareille… c’est incroyable !


BIBÈS.

Vous voyez bien !


ÉLÉONORE.

C’est elle qu’il me faut, papa,… c’est à elle que je veux donner l’étrenne de mon amour…


LASTÉCOUÈRES.

Vous avez un drôle de goût, monsieur le vicomte… Moi, elle ne me plairait pas… et pourtant je ne déteste pas les belles femmes !…


ÉLÉONORE.

Oh ! papa ! Mais c’est une perle !


LASTÉCOUÈRES.

Une perle !