Ouvrir le menu principal

Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ÉLÉONORE.

Oui… il est bien loin…


GINETTA.

Mon ami.


MARCASSOU, la repoussant.

Taisez-vous, taisez-vous !… Oh ! votre Bibletto ! il se cache dans quelque coin !… mais je le découvrirai !… Dion biban !… et l’on va voir de quoi est capable un marchand de mulets entamé dans son honneur !… Attends, attends, petit scorpion !

Il sort par la gauche.


GINETTA.

Mais écoute-moi donc, Marcassou… Marcassou… Tu n’es pas entamé, tu ne l’es pas !

Elle sort, courant après Marcassou.


Scène X

ÉLÉONORE, BIBLETTA.



ÉLÉONORE.

Il est furieux ! Pourvu qu’il ne découvre pas votre frère !


BIBLETTA.

Oh ! soyez tranquille !… Moi ici, mon frère ne court aucun danger.


ÉLÉONORE.

Comment !… je ne comprends pas !


BIBLETTA.

Pourquoi vous cacherais-je plus longtemps la vérité ?… Ne l’avez-vous donc pas déjà devinée ?… Moi et mon frère nous ne faisons qu’un !