Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MARCASSOU.

Voilà un beau chapeau… voilà un superbe habit… voilà une remarquable culotte… Je dois être bien ainsi. C’est curieux comme on me dorlote depuis que je passe pour Rastamagnac… Ils traitent bien les braconniers ici…


LASTÉCOUÈRES, allant à lui.

Eh bien ! mon cher ?


MARCASSOU, ôtant son chapeau.

Oh ! le gouverneur !


LASTÉCOUÈRES.

Mon Dieu ! quel accoutrement !


MARCASSOU.

On m’a donné à choisir, j’ai pris le plus beau, le plus doré.


LASTÉCOUÈRES, d’un ton bonhomme.

J’espère que vous n’avez pas à vous plaindre de votre séjour au château ?


MARCASSOU.

Franchement, il faudrait être bien difficile… Ce matin, mon chocolat… dans ma chambre… à la crème… tout à l’heure, ce superbe costume qu’on m’a forcé d’endosser, c’est-à-dire que j’en suis à me demander ce que j’ai fait pour être dorloté comme ça.


LASTÉCOUÈRES, à part.

Il se méfie !… soyons diplomate (Haut.) je vous ai pris en amitié !… voulez-vous me faire l’honneur de déjeuner avec moi ?


MARCASSOU.

L’honneur… mais comment donc… volontiers… (A part.) L’honneur, il gagne beaucoup à être connu. Ils traitent bien les braconniers ici !…


LASTÉCOUÈRES.

On va vous servir. (A Marcassou.) Asseyons-nous. D’abord,