Page:Chivot et Duru, Les Braconniers.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GINETTA.

Mais du tout, monsieur, du tout… ce que j’en ai fait c’était pour sauver mon frère de lait, voilà tout…


ÉLÉONORE.

Bon ! bon !


GINETTA.

Et je n’aime que Marcassou… surtout depuis que j’ai appris que ce pauvre garçon avait chastement passé la nuit de ses noces dans une cave… aussi je brille du désir de l’embrasser et de lui dire toute la vérité.


ÉLÉONORE.

Ça le flattera… Mais savez-vous, à propos de votre mari, qu’il se passe ici des choses bien extraordinaires !


BIBÈS, vivement.

Quoi donc ? Que se passe-t-il ?


ÉLÉONORE.

Papa le comble d’attentions… le bombarde de petits soins… il le fourre littéralement dans du coton…


GINETTA.

Oui, c’est bien singulier !…


BIBÈS.

Très, très, très-bizarre !… Mais si je pouvais rester seulement une heure ici, je suis sûr que je découvrirais le fin mot de cette affaire.


LASTÉCOUÈRES, en dehors.

Je vais revenir, allez toujours.


ÉLÉONORE.

Papa ! Saprelotte, il va vous reconnaître.


BIBÈS.

Non, il ne m’a vu que le soir.


GINETTA.

Mais votre voix… il l’a remarquée.