Ouvrir le menu principal

Page:Chevalley - Le Roman anglais de notre temps.djvu/97

Cette page n’a pas encore été corrigée


Age de Victoria et ÎAge a* Edouard VII 81 George Egerton (Mrs. Golding Bright) avait, deux ans plus tôt, publié son meilleur volume : Discords. En rooi, M. Laurence Housman écrivait An Englisk- woman's Leve-Letters et George Egerton faisait paraître un roman épistolaire du même genre mais de qualité peut- être supérieure. En 1895, Grant Allen donnait pour titre à l'un de ses premiers livres The Woman Wko Did. Ce sont les précurseurs de l'esprit de révolte qui, au début du XX"* siècle, balaiera les derniers vestiges de l'âge victorien. George Gissing L'utilitarisme de Bcntham, qui a régné sur la première moitié du dix-neuvième siècle en Angleterre, et l'évolu- tionnisme de Darwin sur la seconde, n'étaient pas des mouvements religieux, mais des hypothèses. Comme tout est dans tout, et la religion au fond de tout, il n'est pas une explication du monde qui ne l'atteigne. L'esprit religieux se défendait aisément contre l'utilitarisme qui n'était qu'économique, ou tout au plus philosophique ou moral. Il fut au contraire atteint par l'hypothèse dar- winienne. Elle a perdu aujourd'hui de son emprise sur le monde scientifique. Au temps de George Eliot, entre 1850 et 1880, elle était considérée par beaucoup de savants comme aussi solide que les lois de Newton, et par la foule des ignorants comme ayant porté un coup mortel à la religion, peut-être à la démocratie. A quoi bon l'hypothèse d'un créateur, d'une créature, quand l'histoire de la vîe s'expliquait par l'évolution ? A quoi bon s'évertuer vers le progrès pour le plus grand nombre, quand seuls doivent et peuvent survivre les plus forts ou G j a ,tiz B dbvG00gle

8a