Ouvrir le menu principal

Page:Chevalley - Le Roman anglais de notre temps.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






CHAPITRE Ier


LE ROMAN ANGLAIS AVANT LE

XIXme SIÈCLE

§ i
Defoe et ses devanciers

Il est difficile, à cause de son extrême plasticité, de définir le roman, à plus forte raison le roman anglais. Seules les mathématiques permettent de circonscrire avec précision un objet donné. Tout ce qui n’en relève pas échappe à la définition scientifique. À plus forte raison cette image intérieure du monde dont la littérature en ses divers genres n’est qu’un essai de transcription. Et cependant il faut bien, si l’on aborde un sujet rebelle à la notation algébrique, se résoudre, sinon à définir, du moins à distinguer ou à décrire. Tout en répudiant l’espoir d’arriver à une connaissance exacte de la matière proposée, encore faut-il l’appréhender. Si, dans ces limites, on osait tenter une définition du roman, peut-être n’arriverait-on à rien de mieux qu’à dire que c’est une fiction en prose et d’une certaine étendue.

Les Anglais ont, il est vrai, deux mots pour désigner la fiction en prose. L’un : « romance », s’applique aux œuvres où l’imagination prédomine sur l’observation. L’autre : « novel », désigne le genre plus récent qui a pour domaine la vie de tous les jours et de tous les humains. Mais que d’imprécision dans ce partage verbal ! Au surplus, il ne suffit pas de diviser pour connaître. Deux variétés incertaines ne font pas la certitude d’une espèce.