Ouvrir le menu principal

Page:Chevalley - Le Roman anglais de notre temps.djvu/157

Cette page n’a pas encore été corrigée


Régionalistes 141 Beatrup, sa sœur Ivy, Thyrza Honey, les Sumption père et fils, sont des personnages bien minces quand on les compare à Boarzell. Tamarisk Town fait pendant à Sussex Gcrse. Le créateur de la ville, comme le créateur de la ferme, immole son bonheur et celui des siens à l'orgueil de réussir. Ce sont des œuvres laborieuses, vigoureuses, mais pas très convaincantes, et qui ne donnent pas toujours l'illusion de la réalité. Toute cette littéra- ture de l'Angleterre méridionale est visiblement inspirée par les romans de Thomas Hardy, mais elle ne les fait point oublier, § iv Londres L'énorme croissance de Londres, Birmingham, Man- chester, sans compter mainte autre agglomération indus- trielle, a fait, de chacune, au point de vue des mœurs, une espèce de nation. Beaucoup de petits peuples indépen- dants, en Europe et ailleurs, ont moins de citoyens et sont moins unis. Quand on réfléchit que les quatre cinquièmes des Anglais sont groupés en cités de plus de dix mille habitants, il est facile de se représenter que ces fourmilières humaines offrent à l'observation des mœurs un champ plus vaste que la province et la cam- pagne. Les contrastes y sont moins vifs, les caractères moins tranchés, car c'est le propre de la vie industrielle que d'astreindre les foules aux mêmes gestes. Mais, sous l'apparente communauté de vie, il n'est pas d'obser- vation un peu patiente qui ne décèle une extrême diversité de sentiments et de tendances, même dans les groupes les plus homogènes. Chacune des grandes cités indus j ; :..«..i > r/ Google

143