Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Chamel ne voulait pas perdre le prix de tant de lâcheté, sinon pour lui-même du moins pour sa fille.

— Je n’aime pas qu’on insiste. Bonsoir Chamel.

Pourquoi mon père dotait-il la petite Chamel ? Surtout dans les circonstances, qui étaient troubles comme on va le voir.

Oscar Chamel était issu d’une bonne famille, mais dès l’âge de douze ans, ses maîtres avaient perdu toute autorité sur lui. Renvoyé de plusieurs collèges, pour indiscipline et mauvaise conduite, il se plaça comme petit commis dans une usine. Il accomplit son travail à la satisfaction de ses patrons, mais il continua de faire la honte de son père. Un jour, il annonça à celui-ci qu’il s’était marié le matin même, mais il ne lui présenta pas sa femme. Celle-ci était le fruit du concubinage d’un maçon ivrogne et d’une femme de peine. Elle avait passé son enfance dans les rues. Il le dit franchement à son père, qui désormais lui interdit sa porte. En 1914, il s’engagea dans le premier régiment levé à Fontile.