Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Avant de sortir, il empocha la monnaie.


Ce soir-là, j’entendis par hasard une conversation sous ma fenêtre, entre mon père et le surintendant de l’immeuble du journal, Oscar Chamel, frère du pharmacien. Les deux hommes revenaient de jouer aux cartes et mon père avait prêté de l’argent à Chamel. Il le faisait souvent pour avoir un compagnon. Quand Chamel gagnait il entrait en colère et ne reculait devant rien pour l’humilier. Quand son protégé avait perdu, tout allait bien.

C’était donc là l’explication des appels téléphoniques mystérieux. J’aurais voulu le crier à tout le monde car la passion du jeu ne me paraissait pas infamante comme l’adultère. J’aurais voulu me jeter aux pieds de mon père et lui demander pardon d’avoir osé le juger. En bas, Chamel ne lâchait pas prise. Debout sous le réverbère, il retenait mon père.

— Ma fille n’a pas de dot.

— Nous y verrons, dit mon père.

— Elle se marie dans une semaine.