Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— J’allais vous en demander une, dit-elle. Lucien a fumé toutes les miennes.

Elle devina que je souffrais et resta quelques minutes silencieuse. C’était le dernier jour que je devais passer dans cette maison et je regrettais que la rencontre de Mareux m’aît gâté ces dernières heures.

Elle était assise au coin du canapé en face de mon fauteuil, éclairée seulement par une lampe en veilleuse. Nous parlions bas pour ne pas troubler le sommeil des enfants. La conscience tranquille, il nous était arrivé souvent de nous laisser surprendre ainsi par Lucien. L’affection que madame Camarin avait pour moi était toute fraternelle. Elle m’apportait parfois mes cigarettes ou un livre, elle déplaçait une lampe qui me blessait la vue.

L’après-midi, quand je rentrais d’un cours, la propriétaire-concierge, madame Rouche, m’accueillait à la porte. Engoncée jusqu’au menton dans une ancienne cape écossaise, les jambes étendues sur un tabouret, elle brodait sur le balcon. Du début d’avril à la fin d’octobre, insen-