Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qu’elle avait fait vœu si elle guérissait d’entrer dans un couvent de carmélites.

J’ai offert ma vie pour toi, dit-elle.

Cette révélation me bouleversa. Je m’efforçai cependant de ne rien laisser paraître de mon trouble.

— J’ai la conviction d’avoir été exaucée, continua-t-elle.

— Tu as été exaucée, je le sais. Au moment où tu faisais don de ta vie, j’ai été délivré de mon envoûtement et de mon orgueil. Je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Tu es une sainte.

— Veux-tu que nous priions ensemble.

Je m’agenouillai à son chevet, et elle récita lentement et de toute son âme la prière que le Christ nous a enseignée.

— Notre père, qui êtes aux cieux…

Elle ne priait déjà plus d’une façon humaine. Quand je me relevai, elle ferma les yeux et je vis deux larmes couler lentement sur ses joues couleur de miel. Ses mains moites frissonnaient sur la couverture repliée.