Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le greffier, un jeune fonctionnaire sérieux, parut à la fenêtre du bureau du maire et déclara que le magistrat était absent de la ville. Son discours fut interrompu par des rires. S’étant acquitté de sa tâche, il se retira au milieu des quolibets.

Le mot d’ordre fut aussitôt donné de se rendre à la maison du député, rue Davies. Une autre déception attendait la foule à cet endroit. Gustave Aquinault était dans la capitale et, Astries, son beau-frère, vint prier les manifestants de se retirer car mademoiselle Aquinault était malade. Il ajouta que le député faisait tout en son pouvoir pour obtenir des crédits.

— Il est mieux de réussir, cria quelqu’un.

Mais la foule ne bougea pas. Astries distinguait des visages patibulaires, que la nuit tombante, dans cette petite rue, rendait presque sinistres. Il ne reconnaissait personne. Il avait peine à croire que tant de gens fussent intéressés par cette question d’allocations.

La nuit venait rapidement. Beaucoup de ceux qui étaient là, s’étant vu refuser des crédits chez