Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sions. Les autres rues se déroulent au hasard, formant d’imprévisibles circuits, aboutissant dans des culs-de-sac ou débouchant dans la cour des usines.

Mais ce n’est pas cet ensemble de rues asymétriques, ni la rivière lente et encaissée, qu’évoque pour moi le nom de Fontile. Et pourtant, je pourrais, ayant parcouru ses rues en tous sens dans mes randonnées à la poursuite des pompiers, en décrire les moindres détails géographiques. Mais si on prononce le nom de Berthomieu, j’entends aussitôt le raclement enrhumé de la petite locomotive qui sillonne les chantiers de ce nom au bord de la rivière, traînant après elle un chapelet de petits wagonnets à bascule, le vrombissement de l’eau rejetée en tumulte au bas des grandes digues ; je vois, entourés de hautes herbes, des tournesols qui tendent au vent leur énorme front soufre ; toutes choses qui prennent leur départ dans ce nom de Berthomieu mais m’appartiennent en propre. Le nom de Desartois, mentionné dans une conversation ne sera jamais celui du grand chirurgien ; il