Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/125

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIII


Il tombait une neige fine que le froid empêchait d’adhérer à mon manteau et que je secouais de temps en temps. Les trottoirs étaient embourbés de neige pilée, salie par des milliers de pieds. Le vieux camelot roux, à son poste, rue du Dépôt, les épaules rondes, en bateau dans une petite boîte où il s’était mis les pieds au chaud, criait une manchette. Une jeune fille, la tête nue cerclée d’une couronne scintillante, me dépassa. Un flocon de neige glissa de son épaule sur mon gant. Je ne le secouai pas, sentant le petit point froid pénétrer le cuir. Un petit pauvre, tout verdelet, me demanda des sous.

Je longeai le guichet du théâtre. J’avais été attiré, naguère, une après-midi de congé, dans cette salle, où s’ébattaient devant un auditoire presque entièrement composé de vieillards, de pauvres filles déshabillées. Dès le premier ta-