Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XI


Le huit décembre, en me rendant au monastère, où avait lieu la profession solennelle de Georges, je ne me doutais pas que celui-ci allait me livrer le secret du comportement d’Armande. Georges avait toujours été mon ami ; notre amitié ne cesserait pas même à la mort de l’un de nous. Aucune séparation ne nous empêcherait quand nous nous tournions vers notre adolescence de nous retrouver tels que nous étions, avides de connaissances, de générosité, de conquêtes ardentes. Ne désirions-nous pas souffrir afin de ressentir plus profondément la vie, afin de mieux servir l’art ? Ensemble, quand il nous arrivait de rencontrer des camarades, nous savions que notre sort serait différent du leur, que nous le ferions différent, ayant senti l’appel sublimant de la beauté.