Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

perroquet. Des deux, Armande était la plus belle.

— Nous avons joué ensemble quand nous étions hauts comme ça, dit Armande à l’intention de son amie. Elle était un peu intimidée qu’Imelda me connût aussi.

— Êtes-vous pressé ? continua-t-elle.

Et sur un signe de dénégation :

— Alors vous pouvez bien consacrer une minute à causer avec une admiratrice fervente de vos poèmes. Je sais que vous êtes très occupé.

— Je ne fais rien.

— Comme c’est amusant !

Elle me taquina un moment, puis :

— Vous êtes sans doute invité au bal des Barrois ?

Je savais qu’elle n’avait pas ses entrées dans ce monde-là, les Barrois étant de l’opposition.

— Me ferez-vous l’honneur de vous y accompagner, lui dis-je.

— J’y suis invitée aussi, dit-elle à Imelda. Puis se tournant vers moi, après une courte délibération :