Page:Charbonneau - Fontile, 1945.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Suis-je votre invité ou êtes-vous les miens ?

— Vous êtes notre invité, vous le savez bien, Loignon.

— Alors je boirai ce que vous boirez, dit-il en soupirant d’impuissance pour marquer que nous lui imposions notre choix.

Bonneville rappela aussitôt le garçon et notre hôte demanda de la bière. Puis ce fut le plat.

— J’aurais dû commander le même plat que vous. Ce filet est immangeable.

— Mais vous pouvez le faire changer.

— Oh ! c’est assez bon pour un pique-assiette.

Il se dérida après deux ou trois rasades et nous apprit qu’il s’était faufilé au mariage de Mareux. La famille, disait-il, avait presque porté la jeune fille à l’église. Depuis une semaine, elle ne cessait de pleurer et refusait toute nourriture. Elle avait oublié son chapelet, son bouquet et son livre. Toute l’assistance pensait, à voir sa pâleur, qu’elle allait se trouver mal. Quand Mareux voulut lui passer l’anneau, elle ne tendit pas la main. Son père dut intervenir. Loignon ajouta qu’au moment de l’inscription