Page:Charbonneau - Aucune créature, 1961.djvu/10

Cette page a été validée par deux contributeurs.


gée par ce retour du passé cessait un moment sa surveillance. Jeanne s’inquiétait — c’était presque toujours en sa présence que cela se produisait — mais il ne savait lui donner aucune explication rassurante. Il lui répugnait également en effet de mentir ou de confesser le sentiment qui lui avait arraché cet aveu instinctif.

Nous nous accommodons bien des défauts de notre corps. Ainsi, à l’époque où on lui avait fabriqué ses premières lunettes, pour corriger un léger défaut qui fit son apparition environ sa vingt-cinquième année et disparut peu après, il se plaisait à porter sans besoin ces verres parce que, croyait-il, la monture de corne qui les bordait accentuait le caractère de son visage. Il était maigre alors et ses traits avaient quelque chose de rigide que l’âge et l’embonpoint avaient atténué.

Il fut arraché à sa rêverie par la voix de sa femme. Le messager d’un atelier de photographie apportait les épreuves d’un portrait commandé par son éditeur pour le lancement de son dernier ouvrage, celui justement que Lucien Guilloux avait lu en manuscrit et qui avait suscité sa lettre. Il décacheta la grosse enveloppe brune et en tira un jeu de photos sépia, sachant d’avance que celles-ci lui dé-

— 12 —