Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

attribuées à M. de Luchet, pour faire piece à M. Duplain de Sainte-Albine ; elles se font lire.

Mémorial des États-Généraux : le titre est gothique ; ce journal est une petite feuille faite par un homme d’esprit, qui le réserve pour les intérêts de ses commettans.

Mémorial Politique et Littéraire : il n’est pas plus l’un qu’il n’est l’autre, & ne sera bientôt plus ni l’un ni l’autre. C’est un feuilleton qui n’est point manufacturé.

Le Modérateur : il remplit son titre, il est écrit dans le calme des passions, & le philosophe qui le rédige a plus que du sang froid : s’il se réunit à la chronique de Paris, ainsi que je l’ai dit, & qu’on me l’a assuré, ce journal ne perdra rien de ce sang froid. Le style ne sera pas absolument disparate, parce que l’auteur du Modérateur est un romancier, & que celui de la Chronique a envie de le devenir ; il y réussira s’il change de quartier & d’état. Voyez Chronique de Paris.

Le Moniteur : journal Patagon, il est plein & rempli, en prenant le premier mot au figuré & le second au propre. Feuilletons pigmées, semi-in-8°, comme ce journal vous couvre tous avec son in-folio, formidable ! comme il vous tu par son plein, quoiqu’il vous alimente par son rempli ! Vous ne serez plus quand il fera lui réellement, & s’il est une feuille qui survive à la foliomanie, ce sera le Moniteur. Les