Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/94

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

zette est-elle dont réprouvée ? car la gazette nationale étoit faite pour réussir ; la partie politique étoit d’un écrivain connu avantageusement par plusieurs ouvrages de poids. Sa théorie de l’éducation a balancé l’Emile, sur-tout par la fraîcheur des gravures & une dimension de dortoir qui est de main de maître. La partie littéraire étoit due à la plume qui a tracé cette fameuse lettre d’un capucin, qui a eu un rude succès dans son temps. L’auteur en outre a fait des esprits.

Gazette universelle ou de tous les jours… Elle va malgré son titre, & malgré son titre elle intéresse.

Journal universel, ou révolutions des Royaumes. Proclamé. L’article variétés est à la portée des proclamateurs. Le rédacteur, qui est citoyen-soldat, ce qui est sûrement la même chose que soldat-citoyen, possede à un degré peu commun l’art difficile de libeller le sommaire de son journal, ce qui épargne aux proclamateurs un travail d’esprit souvent pénible.

Journal général de la cour et de la ville, à l’usage des fauxbourgs. Les agens de change de la rue du Hurepoix[1] se chargent le moins possible de ce papier. Le rédacteur coopéroit ci-devant à une autre œuvre politique, qui étoit colportée avec autant de succès que les vaudevilles de M. Duchemin ; une rivalité de talens a

  1. Voyez Bourse.