Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les colporteurs se plaignent que le débit de ces papiers est dur, & qu’à cinq heures du soir ils ont éprouvé une baisse de 100 p. 100.

La Chronique de Paris : voyez le Modérateur, avec lequel on dit que ce journal va faire chambrée & cause commune. Ces feuilles associées, vivifiées & corroborées des facultés de leurs communs coopérateurs, ne peuvent manquer de réussir, parce que ce sont réellement des gens de mérite que ces coopérateurs ; mais il faut qu’ils évitent le travail en sous-œuvre, que le modérateur n’ait point des petites coleres, & que la chronique ou son auteur se persuade que le haut de la rue Saint-Jacques ne pense point comme le Palais-Royal.

Les Déjeuners, ou la vérité à bon marché : à bon marché !… point du tout, puisqu’on invite les gens, & qu’on les renvoie à jeûn. Si je voulois jouer sur les mots, ce qui ne m’arrive jamais, je dirois que les gens qui usent de ces déjeûners ne sont pas de ceux qui graissent le couteur ; car rien de plus maigre que ces chétifs déjeûners ; mais ils se vendront, ils sont aristocrates[1].

Nota. À l’instar de M. Galand, qui commençoit tous ses contes par ma sœur, si vous ne dormez point, &c. l’auteur des déjeûners commence les siens par mon bon peuple, &c.

  1. Voyez le numéro 27 du Moniteur, qui apprécie cette feuille avec impartialité.