Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qui porteroit cette doctrine erronée dans le sein, seroit éconduit par le tambour d’ordre comme un franc aristocrate.

DÉPARTEMENT : dans l’ancien régime, on disoit département de la marine, département de la guerre, département des affaires étrangeres. Cette dénomination désignoit les bureaux & la besogne de chaque ministre ; c’est-à-dire, celle qu’il étoit convenu de faire faire. Il arrivoit souvent qu’un département empiétoit sur un autre, & delà il arrivoit pis encore. Les fermiers-généraux avoient aussi leurs départemens ; dans ce sens il signifioit division ; c’est l’acception qu’il a prise dans le nouveau régime, lorsqu’il a été décrété que la France seroit divisée par l’assemblée nationale. Elle l’a été effectivement, & je me dispenserai d’en rapporter les détails qui se lisent dans tous les journaux. J’ajouterai seulement que cette division ne s’est pas faite sans beaucoup de réclamations que la prudence de l’assemblée a satisfaites autant que le local le lui a permis ; car chaque ville vouloit être chef-lieu. Voyez Rayon.

Lorsque les départemens seront en activité, alors nous respirerons, & le café de Foy pourra mettre la main sur les enjeux. Voyez Contre-révolution.

DÉPUTÉ : quand la nation étoit assemblée sous le nom d’états-généraux, ses membres se qualifioient de députés ; sitôt qu’elle a été désignée par assemblée nationale, on a dit les représentans de la nation. Cependant, lorsqu’on parle d’un représentant individuel-