Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

res, qui tous ne veulent que le bien du public. Un aristocrate qui verroit ces freres attablés se porter les santés de la nation, de notre maire & de M. de la Fayette ; cet aristocrate, dis-je, creveroit de dépit ; & cette scene désespérante, il n’est pas de semaine qu’il n’eût le désagrément de la voir se renouveller.

COMPLOT : entreprise tramée contre notre liberté. La providence qui veille sur cette liberté, n’a pas permis qu’aucun complot fût mis à exécution. Quand une de ces entreprises ténébreuses est formée par des gueux, on l’appelle un complot ; lorsque ce sont des aristocrates, ou des gens d’une certaine considération, elle prend le nom de conjuration. (Voyez ce mot.)

Nota. Il en a été de plusieurs complots comme des brigands ; ils n’existoient que dans la tête des folliculaires. Il y a entr’autres un de ces Messieurs qui a toujours un complot tout prêt ; c’est sa piece de remplissage, comme dans le journal de Paris étoient autrefois les articles signés P… Chaque fois que la feuille dont il est question insere un complot, on prévient la veille les comploteurs, ou vendeurs de papiers-nouvelles, que la feuille du lendemain parlera du complot. Aussi-tôt cet avis se propage, on va à la bourse, (Voyez ce mot) & l’imprimeur porte le tirage du chiffon à trois mille de plus.

COMMUNE : le dictionnaire raisonné dit que c’est le nom qu’on emprunte sans nécessité pour désigner ce qui, en France,