Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qualité vouloit dire qu’on n’en voit point. Dans le nouveau régime, citoyen est pris civilement & moralement ; c’est un membre de la société, qui, non-seulement acquitte les charges civiles, mais encore est rempli des sentimens qu’inspire l’heurese liberté dans laquelle nous vivons.

Citoyen actif : c’est à Paris celui qui paie directement l’impôt.

Citoyen éligible : c’est, dans la nouvelle constitution, c’est-à-dire dans la constitution à faire, celui qui paie en impôt à la nation la valeur d’un marc d’argent, ou celui qui lui en fait le don. Il pourra être nommé électeur par ses concitoyens dans les assemblées primaires, & d’élection en élection devenir représentant de la nation, qui est le comble de la gloire à laquelle puisse aspirer un citoyen.

Depuis que ceci a été imprimé, il a été décrété que l’éligibilité en raison du marc n’auroit lieu qu’à le seconde législature.

Citoyen qui brigue l’honneur d’être élu : les districts en sont pleins, & rien ne prouve mieux le civisme qui anime les braves Parisiens ; MM. les procureurs, MM. les avocats ne sont pas les seuls qui le manifestent ; il en est même des artistes, peres de familles, qui portent le dévouement patriotique jusqu’à quitter leur établi deux fois la semaine pour assister aux assemblées de districts ; ils n’y pérorent pas, à la vérité, mais ils donnent des idées aux co-assistans qui les entourent ; on remarque leur zele, ils sont nommés com-