Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/31

Cette page a été validée par deux contributeurs.

dans les divisions de la milice parisienne le bataillon soldé.

BILLETS : billets de la caisse d’escompte, ou simplement billets de caisse, il y a deux ans papier-monnoie, aujourd’hui papier à négocier, & dont la négociation devient plus difficile tous les jours. Il y a un quartier à Paris où l’on dit que cela ne durera pas, & un autre où l’on souhaite que cela dure.

Les boulangers prennent les billets de caisse de leurs pratiques ; les meûniers refusent de les prendre des boulangers. Un refus conduira à un autre refus, & les refus au mot infame… Ah ! ce n’est pas le tout que de faire des billets…

On assure que les filles ne veulent plus de billets de caisse. MM. les capitalistes, si cette nouvelle est vraie, il faudra bien que vous fassiez circuler votre argent.

BONS : bons d’état, bons sur les fermes, bons sur le trésor royal, &c. papiers très-connus dans l’ancien régime, & qui ont à présent une valeur telle quelle. Il y a une infinité d’honnêtes citoyens qui n’ont jamais vu de ces bons ; mais les prostituées, mais les chanteurs, mais les valets, mais les valets de ces valets en ont toujours regorgé. Ceux qu’on fera pour les nouvelles caisses seront sans doute présentés par des mains plus pures. Voyez Caisse nationale.

BOUCLES : boucles d’argent : ornement superflu, qui désigne un aristocrate ou un égoïste au cœur de bronze. Un patriote calcula un jour que si tous les François se