Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/27

Cette page a été validée par deux contributeurs.

M. le secrétaire. Il est dit dans l’affiche, que le présent arrêté sera communiqué aux 59 autres districts, qui souvent ne le lisent pas.

Il arrive souvent aussi que les districts rendent des arrêtés contradictoires ; mais ces contradictions ne rompent jamais la fraternité.

Il n’y a pas long-temps qu’il fut affiché une délibération ou arrêté d’un district, dont les signatures étoient :

Le T…, procureur au Châtelet, président.

M…, avocat au parlement, vice-président.

P…, greffier au Châtelet, adjoint.

M…, huissier à verge, secrétaire.

ASSEMBLÉE : dans l’ancien régime, le gouvernement ne vouloit pas d’assemblées. On ne connoissoit à Paris que l’assemblée du Clergé. Quelques prélats l’attendoient, quelques prélats la craignoient, aussi la craignoient les francs-penseurs. Mais les semi-prélats y péroroient & s’en trouvoient bien ; le conseil des finances désiroit aussi cette assemblée, quand elle avoit accordé ce qu’on lui avoit demandé, la cour insinuoit aux peres du saint-concile que leur présence étoit nécessaire dans leurs dioceses. C’est ce maudit mot accordé, qui, dit-on, a causé la ruine du clergé ; les peres de famille qui payoient, ont été choqués de voir le clergé qui accordoit, & qui faisoit sentir qu’il accordoit. Voyez Clergé.

Aujourd’hui tout est assemblée, & toute