Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/25

Cette page a été validée par deux contributeurs.

comme si l’on craignoit que cette précieuse denrée ne subit quelqu’avarie pendant l’arriere-saison. On assure cependant qu’elle sera mise au grand air dans les premiers jours de juillet.

François ! nation libre ! mais qui n’avez pas le sou, que ces momens de pénurie dans lesquels vous allez vivre ne vous désesperent point ; ils vont vous faire pratiquer des vertus que vous n’aviez point, & qui sont nécessaires à un peuple qui se régénere. Vous connoîtrez la sobriété ; vous n’aurez plus de Laïs, & vous abandonnerez ce luxe qu’on vous reprochoit ; ce luxe qui n’est pas fait pour des hommes libres, & que vous laisserez à des Sybarites qui ont des rois & leur obéissent.

Nota. Comme on disoit autrefois marchand de grains, on dit aujourd’hui marchand d’argent.

Il y a dix-huit mois on vous disoit : M. l’intendant un tel est un marchand de grains ; aujourd’hui on crie à qui veut l’entendre, Messieurs les A… D. L. C., &c. sont des marchands d’argent. Est-ce calomnie ? Je le crois.

Négocians, négocians ! ce commerce fera tomber le vôtre.

ARISTOCRATE : il est le synonyme de mauvais citoyen, de pire encore, il désigne un fauteur de complots, un ennemi de la liberté ; c’est le haro qui ordonne, qui oblige, qui force tout bon François à courir sus, à s’emparer de l’individu quelconque taxé ou prévenu d’aristocratie. Ce dernier