Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.

tion, pour la modifier selon son opinion. Voyez Motion. Les gens qui ont de l’expérience disent que c’est par la voie des amendemens que l’on parvient à atténuer une motion, à la dénaturaliser, à la métamorphoser, à lui faire signifier toute autre chose que ce qu’elle signifioit. La plupart du temps, l’amendement est rejetté, lorsque la motion est accueillie avec les plus grands applaudissemens. Il y a un côté de la salle du Manége qu’on appelle le côté des amendemens : c’est delà que sont partis ces fameux amendemens qui ont eu lieu dans les décrets concernant la liberté de la presse, les protestans, le marc d’argent, &c. &c.

ANGLOIS : avant que nous nous fussions constitués libres, nous disions les anglois, nos rivaux. Libres comme eux, aujourd’hui nous disons, les anglois, nos voisins, nos freres. On s’écrit, on se répond à cette adresse, & les lettres parviennent.

En effet, les Anglois ont conçu de nous une idée bien différente de celle qu’ils en avoient avant la révolution, sur-tout depuis qu’ils voient que dans leurs objets d’importation en France, les mots constitutionnels forment un article considérable.

ARGENT, considéré comme monnoie. Parmi nos ancêtres, en 1787, 88 & 89, l’argent étoit le représentatif des denrées ; aujourd’hui il est denrée lui-même, on vend nos écus à Londres, on en exporte à Turin, en Allemagne. Ici on les emmagasine, on les enterre pour les conserver,