Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.

tage, dit M. l’Abbé Prévot, ne se prend qu’en mauvaise part, & signifie l’agio fait d’une maniere illicite & usuraire ». Agioteur est celui qui fait l’agio ou l’agiotage: il faut s’en tenir à ce dernier pour apprécier au juste l’agio actuel, c’est le seul commerce en activité. Depuis Law, qui fut le premier étranger qui introduisit l’agio en France, les agioteurs ont perfectionné cette branche d’industrie au-delà de toute expression ; elle ira encore loin. On remarque que les agioteurs forment une des corporations la plus considérable de cette capitale.

AJOURNER : ajourner une question, c’est, à l’assemblée nationale, la remettre à une autre séance : le substantif de ce verbe est ajournement. Il y a des auteurs qui ont soutenu qu’ajourner une question, c’étoit l’écarter, mais qu’il n’en falloit pas désespérer lorsqu’elle étoit ajournée à jour fixe. M. G… du journal, car je ne permettrai jamais de dire comme le Mercure, M. G… le journaliste ; M. G…, dis-je, dans une de ses feuilles du mois de décembre, a avancé qu’un ajournement indéfini équivaloit à rejetté pour toujours. L’événement a prouvé que M. G… parloit en connoissance de cause.

ALLER PRENDRE LES EAUX : dans le nouveau régime, des démagogues effrénés ont donné à cette expression une acception maligne : aller prendre les eaux, ont-ils dit, c’est déloger pour éviter la lanterne ; or se retirer vers ses commettans, au-