Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/19

Cette page a été validée par deux contributeurs.

par exemple, de ne rien payer à l’état, parce qu'on portoit une jaquette, & qu’on lisoit ou ne lisoit point un livre latin qu’on entendoit à peine. C’étoit un droit de ne rien payer, parce qu’on possédoit un ou plusieurs arpens grevés des articles du, ou de la, &c. Une pension donnée à un mari pour les services de sa femme étoit une récompense ; un emprunt, une ressource, & un effort de génie, le discours qui le motivoit. Ce que le nouveau régime appelle abus de pouvoir, l’ancien le nommoit l’usage du pouvoir. Le nouveau régime dit aux parlementaires : Vous avez beau faire, vous n’êtes que des jugeurs ; & l’ancien leur crioit, & même un peu fort : Vous êtes les arbitres de la nation ; placez-vous entre le monarque & nous . . . . . . & les jugeurs se plaçoient, &c. &c. &c. &ç . . . . . . &c.

ACADÉMIE : dans son dictionnaire, l’académie Françoise avoir jadis oublié le mot pension. On a remarqué dans un journal quelquefois plaisant, que si les premiers avoient oublié le mot, nos contemporains sont à la veille d’oublier la chose.

ACCAPARER : dans l’ancien régime, commercer, acheter pour le compte du gouvernement : on accaparoit ordinairement le bled destiné pour la capitale ; les gens du plus haut parage ne dédaignoient pas ce commerce. C’étoit alors le moyen de faire fortune, c’est aujourd'hui celui de se faire pendre.

On dit au figuré, accaparer les voix ; cette expression est très-connue dans les districts.